Pour notre dernier jour d'escapade, en passant par Saint-Jean de Fos...

 

 

 

 

village de potiers (hélas tous fermés,  pour cause de pause déjeuner).

 

 

 DSCF9542

 

 

 Nous nous contenterons donc des splendides façades

 

 

DSCF9543

 

 

de quelques vieilles demeures aux romantiques mascarons.

 

 

 

Puis nous retrouvons avec bonheur les Causses,  chers au coeur de mon homme...

 

 

 

le cirque  vertigineux de Navacelle

 

 

 

aussi impressionnant que le Grand Canyon, et on veut bien le croire !!

 

 

 

 Mais notre but  est de découvrir la résurgence de la rivière

 

 

 

 La Vis  serpente dans des gorges profondes  entre Causse de Blandas et causse du Larzac.

 

 

 

Son charme de bijou précieux enchante le regard.

 

 

 

Ses rives se drapant des flamboyances d'un automne oublié.

 

 

 

 

Esprit de la rivière, un vieil arbre noueux s'étonne de notre passage...

 

 

 

 

Les cèdres de l'Atlas offrent au paysage un air de majesté.

 

 

 

 

Nous arrivons aux moulins de la Foux. C'est ici que ressurgit la Vis, après avoir disparu au contact des calcaires du moulin de Larcy près d'Alzon.

 

 

 

 

Rivière étrange et capricieuse, son débit impressionnant...

 

 

 

 

tout en ramifications,  a un charme puissant !!

 

 

DSCF9557

 

Une légende raconte que dans le lit de la source, un rocher porte cet adage...

 

 

 

"Quora me vieras, ploraras" (quand tu me verras tu pleureras).

 

 

La Vis, en effet, mystérieusement s'assèche.

Son dernier caprice remonte à 1961. Pendant six heures, la rivière s'est tue...

 

 

 

Dernière halte sur le Larzac dans un village où nous avons de merveilleux souvenirs gourmands...

 

 

 

 

La Vacquerie où voici quelques années, nous mangions d'extraordinaires daubes de cabri,  au Zibardie, dans une ancienne bergerie aux belles salles voûtées.

 

 

 

 

 

La fleur du Causse est toujours présente

 

 

 

 

et les benastradores ou "chasses malheur" ne seront pas de trop face à la menace qui poind à l'horizon...

 

 

 

 

Entendrons-nous à nouveau résonner

le fameux cri de ralliement des fiers Caussenards ?