A présent, arrêtons-nous quelques instants sur l'historique de cette pâtisserie.

Des soeurs Visitandines inventèrent de petits gâteaux de forme ovale, à base d'amandes, au Moyen Age. Hélas, après la Renaissance, ils furent mis à l'index puis oubliés en raison de leur parfum très proche de celui de l'arsenic, trop souvent employé sous le règne de Catherine de Médicis.

Il faudra attendre les années 1890 pour voir réapparaître, grâce au pâtissier Lasne,  ces petites merveilles. Son magasin se trouvant non loin de la Bourse, sa clientèle se composait en grande partie de financiers affairés. Ce petit encas sucré fit donc merveille autour de la Corbeille, car il était très facile à manger, laissant les blanches mains de ces Messieurs intacts. Monsieur Lasne eut alors la brillante idée de donner une forme rectangulaire à ses financiers afin d'évoquer un lingot d'or. Et oui, tout ce qui brille n'est pas or, mais peut facilement le devenir...

Quant à moi, désolée de ne pas respecter la tradition, mais l'univers spéculatif représentant à mes yeux un des plus grand fléau économique de ce siècle, je n'investirai  certes pas des des moules de taille idoine, et me contenterai de mes petits moules ronds, et nommerai donc mes gâteaux visitandines, comme un retour aux origines.